ENTER YOUR EMAIL ADDRESS
TO JOIN OUR NEWSLETTER

DON'T WORRY. NO SPAM COMES FROM
UNICORN BOOTY. JUST THE GOOD STUFF.

Emmanuel Macron fustige Sens commun, que François Fillon verrait bien au gouvernement

Posted on

Le week-end pascal a été l’occasion pour certains candidats de s’adresser aux électeurs catholiques. Emmanuel Macron a visité un centre d’aide du Secours catholique, François Fillon a participé à une messe dans une église copte du Puy-en-Velay.
Mais ces deux candidats, dont les courbes dans les sondages se rapprochent, se sont affrontés sur ce terrain de la religion.

Interrogé sur Radio J sur une participation éventuelle de Sens commun à un gouvernement, le candidat de la droite à la présidentielle a répondu: « Pourquoi pas ». Et il a ajouté: « Sens commun fait partie des hommes et des femmes qui sont fiers de leur pays, attachés à leurs traditions, pour lesquels j’ai beaucoup de respect, c’est des composantes », a-t-il dit.

Au sein des Républicains, Sens commun, faut-il le rappeler, est l’émanation de la « Manif pour tous », qui durant des mois, s’est violemment opposée au mariage des couples de même sexe et l’adoption.
Sens commun milite également contre l’avortement et la fin de vie dans la dignité.

Lundi 17 avril, à deux reprises durant la journée, Emmanuel Macron, candidat d’En Marche et favori des sondages, s’en est pris à François Fillon sur ce sujet? D’abord sur BFM. Invité de Jean-Jacques Bourdin, Emmanuel Macron a déclaré à propos de Sens commun:

« C’est un durcissement. Beaucoup de nos concitoyens qui nous écoutent qui sont de droite ou de centre droit ne peuvent pas se retrouver dans ce projet politique. C’est un vrai conservatisme social et sociétal. Parce que Sens commun, c’est l’émanation politique de la Manif pour tous, c’est à dire des gens qui pensent que leur combat politique est de réduire les droits de certaines et de certains. »

Puis, lors de son meeting géant à Paris Bercy, à l’Accord Arena, où plus de 20000 personnes sont venues l’écouter, Emmanuel Macron a lancé: « Et je vous le dis, dans la République que nous aimons, l’intérêt général, la laïcité est notre histoire, ils n’ont pas le visage du sens commun, ils ont votre visage! »
Ce qui lui vaut au candidat une standing ovation appuyée.