trans seconde guerre mondiale

Il n’est jamais trop tard: Une militaire de la Seconde Guerre mondiale fait son coming out trans à 90 ans

This post is also available in: Anglais

Patricia Davies connaît sans doute mieux que quiconque la définition du mot courage. Durant ses années dans l’armée britannique, elle a servi en Inde, en Afrique de l’Est et en Palestine. Elle a perdu des amis et est presque morte elle-même. Mais elle vient d’accomplir un geste plus courageux encore: son coming out trans, à l’âge de 90 ans.

Bien que Patricia Davies ait su qu’elle était une femme depuis qu’elle avait trois ans, elle avait peur de sortir du placard. À l’époque, les questions trans n’étaient pas comprises. Comme elle l’a expliqué au Sun, « Transgenre n’était pas vraiment quelque chose de connu à l’époque. J’aurais été classée comme homosexuel, ce qui aurait causé des problèmes dans l’armée. J’aurais fini en prison. Mais j’ai réussi à surmonter cela. »

À 60 ans, elle a fait son coming out à sa femme. Son épouse l’a soutenue, mais les premières tentatives pour le faire en public ont été contrariées par les intimidateurs. Davies a déclaré: « J’ai commencé à porter des chaussures de femme, certains adolescents s’en sont rendus compte et ont commencé à lancer des insultes. Ils ont aussi souvent jeté des œufs à mes fenêtres. »

Patricia Davies a eu la chance d’être soutenue par sa famille. La femme de Davies l’a appelée par son prénom choisi et lui achetait des bijoux. De même, lorsque Patricia était une enfant, la mère de Davies – tout en ne sachant peut-être pas que son enfant était trans – la soutenait. Patricia Davies confie: « Nous sommes allées voir ‘Peter Pan’ et je voulais être une fée. Elle m’a confectionné une baguette, elle n’a pas dit que c’était bizarre. »

Après avoir pris la décision de faire publiquement son coming out l’année dernière, Davies dit: «C’est comme si un poids avait été ôté de mes épaules ». Ses ami.e.s et voisin.e.s ont été là pour elle – elle affirme qu’ils l’ont acceptée et veulent simplement qu’elle soit heureuse.

Et pour toute personne qui a un problème avec ça – tant pis, parce que c’est le cadet des soucis de Patricia. « Ce n’est que récemment que je me suis sentie en sécurité pour sortir du placard et j’ai senti un désir irrépressible d’être libérée. Alors je l’ai fait et je ne l’ai pas regretté. »

Depuis son coming out, elle a commencé à prendre des hormones et a rejoint la Beaumont Society – une association du Royaume-Uni pour les personnes trans. Ce n’est pas le seul groupe qu’elle a rejoint – Patricia Davies s’est également engagée auprès du Women’s Institute. «J’ai rejoint le Women’s Institute, je fait des rencontres et je m’y sens bien. »

Traduction: Christophe Martet