outings football

Doit-on s’attendre à des outings sauvages dans le milieu du football professionnel en France?

Le Collectif Rouge Direct tire la sonnette d’alarme. Dans une tribune publiée hier sur le site de Marianne, au titre provocateur (« Footballeurs gays; préparez-vous à des révélations ») ce groupe lanceur d’alerte ne craint pas de mettre les pieds dans le plat et d’évoquer de possibles coming-out forcés ou des outings sauvages dans le milieu du foot. Mais joint par téléphone, Julien Pontes, ex président de Paris Foot Gay et confondateur de Rouge Direct, explique qu’il n’est pas question pour ce groupe de pratiquer la délation. Le titre volontiers provocateur et à double tranchant veut susciter une prise de conscience. Dans un milieu qui reste très marqué par l’homophobie et le tabou de l’homosexualité.

Julien Pontes, pourquoi cette tribune?

Les joueurs professionnels ne peuvent pas faire leur coming out en raison de l’homophobie très forte dans le milieu du football. Il y a aussi cette affaire de la sextape de Mathieu Valbuena qui a fait la démonstration qu’avec les nouvelles technologies l’intimité de tout le monde peut être mise à jour avec le moindre smartphone. Les joueurs de foot professionnel gays sont obligés de passer par des sites de rencontre et ça les expose à des outings sauvages. Ce n’est évidemment pas souhaitable vu le niveau d’homophobie dans le football. Ça se traduirait immédiatement  par la fin de leur carrière.

Mais est-ce seulement la responsabilité des joueurs?

Il y a beaucoup d’homophobie dans le milieu du football parmi les joueurs mais aussi parmi les supporters et les dirigeants. Mais aussi dans les sponsors puisque nous avons un rapport du ministère des Sports qui explique qu’un sponsor a demandé à un jour professionnel connu de s’afficher avec une femme parce que des rumeurs d’homosexualité courraient sur lui. Nous lançons un appel aux joueurs qu’ils soient gays ou pas pour expliquer que si la situation n’évolue pas, eux-mêmes ou leurs coéquipiers s’exposent à des dangers. C’est un appel a la responsabilité à l’appel à la prise de conscience et pas seulement en direction des joueurs gays mais de tout le monde.

 

Mais sans visibilité des gays dans le football, on ne va jamais s’en sortir? Donc que proposez-vous pour aider les joueurs? Ne craignez-vous pas d’être contreproductif en leur faisant peur?

Ce qui est dangereux c’est la situation actuelle. Notre rôle de lanceur d’alerte c’est de prévenir pour une prise de conscience. S’ils ne se battent pas un peu pour faire évoluer les mentalités, ils contribueront eux-mêmes au danger auquel ils sont exposés. Ce sont des gens courageux, ils ont du caractère, des avocats pour les aider. La coupe du monde de foot 2018 aura lieu en Russie. Est-ce que les joueurs professionnels qui sont gays dans l’équipe de France peuvent aller dans ces pays dans la clandestinité, sans rien dire?

 

Mais des initiatives sont prises comme celle du club de Manchester qui s’allie avec une association LGBT ou encore cet entraineur anglais qui explique que ce ne sera pas un problème pour lui d’accueillir un joueur homo?

C’est exactement le sens de notre appel parce pour l’instant en France, il n’y a aucune expression des instances du football. Il y a eu ce match de coupe de France entre Toulouse et l’OM durant lequel on a quand même entendu: « il faut les tuer ces pédés de toulousains. » Rien n’a été fait du côté de la fédération française de football ni du côté de la Dilcrah. Il y a eu des sanctions pour des faits de racisme mais rien en ce qui concerne l’homophobie et l’appel au meurtre en raison de l’orientation sexuelle. Il n’y a pas que les joueurs ou les instances qui sont concernés. Le président Obama avait une expression de solidarité très forte en direction du joueur de foot Robbie Rogers lorsqu’il avait fait son comping out aux États-Unis.

Comment expliquer cette chape de plomb en France?

Il faudrait le demander à tous ceux qui n’ont pas envie de soulever le couvercle sur un phénomène qui est puni par la loi. S’ils commençaient à vouloir s’attaquer à l’homophobie dans le football il faudrait faire une sacrée mise au point avec les supporters il faudrait du courage. Ils ne veulent pas mener ce combat-là on a fait malheureusement souvent la démonstration pour des faits graves que rien n’est fait. Pourtant des règlements existent qui permettraient de sanctionner les clubs.

(Image principale bergserg via iStock)