Priscilla comédie musicale casino de paris

La comédie musicale ‘Priscilla Folle du Désert’ à plein régime au Casino de Paris (photos)

Dix ans! C’est le temps qu’Il aura fallu pour que Priscilla, le school-bus rose se gare devant le Casino de Paris. Dans cette salle mythique se joue actuellement une des plus irrésistibles comédies musicales de l’année.

 

Un film culte

S’il existe encore des gays qui ne connaissent pas l’histoire du film culte, Priscilla folle du désert, en voici un très rapide résumé: deux drag queens et une femme trans traversent l’Australie à bord d’un bus redécoré et vont rencontrer des personnages assez particuliers sur leur route et seront aussi confrontées à l’homophobie. En 1994, le film de Stephan Elliot avait créé un véritable engouement et obtenu un Oscar des meilleurs costumes avant de devenir culte. L’utilisation de tubes disco a beaucoup fait pour le succès du film. Les créateurs de la comédie musicale, produite pour la première fois à Sydney en 2006, l’ont bien compris. Pour que la comédie musicale soit une réussite, il ne faudra pas lésiner ni sur les tubes et encore moins sur les costumes.

 

 

« Bigger than life »

Priscilla, mise en scène par Philippe Hersen, est d’abord une fête pour les yeux. Dès l’apparition de trois divas en suspension sur l’air de It’s Raining Men, on a compris qu’on ne serait pas dans un spectacle pas tout à fait comme les autres: bigger than life.

 

 

Trente acteurs-chanteurs-danseurs se partagent la scène et les chorées (signées Jaclyn Spencer) s’enchaînent à un rythme effréné. Plus de 200 costumes ont été créés pour le show et le résultat est souvent spectaculaire. Les participants à RuPaul Drag Race n’ont qu’à bien se tenir. Les drag queens de Priscilla n’hésitent devant aucune excentricité vestimentaire et capillaire, pour notre plus grand plaisir! (Juste une note très personnelle: j’aurai aimé encore plus de tongs sur la robe fabriquée à partir de sandales de plage!).

 

 

Des tubes et encore des tubes

L’avantage de Priscilla sur d’autres comédies musicales est que le public connaît tous les airs et qu’ils donnent tous, ou presque, envie de se lever et de danser. Les tubes de Tina Turner (What’s Love Got To Do With It), Aretha Franklin (I Say A Lilltle Prayer), Gloria Gaynor (I Will Survive), Cyndi Lauper (Girls Want To Have Fun) résonnent tour à tour sur la scène du Casino, interprétés en live par la troupe.

 

Une salle très gay

Priscilla, dont le livret a été écrit par Stephan Elliot et Allan Scott, contient aussi des moments originaux particulièrement réussis. Comme cette reprise d’un tube de Petula Clark, Color My World. Et surtout les deux évocations des icônes Madonna et Kylie Minogue. Voir apparaître sur scène dix copies de Kylie Minogue ne manque de déclencher son petit effet dans une salle très gay. Même effet « Waouh! » lorsque les danseurs et danseuses arrivent habillé.e.s du fameux bustier obus conçu par Jean Paul Gaultier pour Madonna! Autre très beau moment très applaudi: une séquence de ballet qui se conclue de façon inattendue (disons juste que cette scène ne devrait pas plaire à la Manif pour tous).

 

 

 

Qui dit drag dit aussi maquillage. Laurent Bàn, qui interprète Dick, alias Miss Mitzi, avait été filmé en accéléré durant le maquillage.

Dans le rôle de Bernadette, David Alexis retrouve la posture distanciée, les répliques cinglantes et l’humour acéré du personnage. David Alexis avait été un très impressionnant MC dans Cabaret, aux Folies Bergères en 2009. Bradley, plus gay tu meurs est interprété par Jimmy Bourcereau. Ce dernier a débuté sa carrière en 2003 avec la troupe bordelaise de breakdance La Smala Crew. Il jouait le rôle de Franck dans la version française de Flash Dance en 2016.

 

Un vent de liberté et de fierté

Seule différence notable avec le film, les Aborigènes ont disparu de l’histoire dans la comédie musicale. Mais il y souffle toujours ce vent de liberté, de fierté avec une bonne dose de camp et de phrases cultes dans Priscilla. Ce qui en fait un spectacle à ne pas manquer. Son message pourrait se résumer à cette phrase de RuPaul, la mère de toutes les drag queens. « Si vous n’êtes pas capable de vous aimer, comment diable pourriez-vous aimer quelqu’un d’autre. »

Un beau message non?

 

Priscilla, folle du désert, au Casino de Paris, jusqu’au 6 mai. Plus d’infos sur le site.