ENTER YOUR EMAIL ADDRESS
TO JOIN OUR NEWSLETTER

DON'T WORRY. NO SPAM COMES FROM
UNICORN BOOTY. JUST THE GOOD STUFF.

Le Premier ministre de Tasmanie s’excuse auprès des personnes condamnées en vertu des anciennes lois anti-LGBT

Posted on

This post is also available in: Anglais

Le Premier ministre de Tasmanie, Will Hodgman, a présenté jeudi 13 avril ses excuses aux personnes condamnées pour homosexualité ou travestissement sous les anciennes lois anti-LGBTQ.

Le parlement de Tasmanie envisage également de permettre aux personnes condamnées en vertu de lois anti-LGBT de supprimer les mentions de ces condamnations de leurs casiers judiciaires, explique le Human Rights Law Center.

Will Hodgman, cité sur ABC News, a déclaré:

Nous pensons que la communauté tasmanienne dans son ensemble pense que les gens n’auraient jamais du être accusés ou condamnés, et même si on pensait à l’époque que c’était juste, ça n’était pas le cas.

Beaucoup de Tasmanien.ne.s ont continué à souffrir de dépression et de désavantage en raison de la criminalisation d’une conduite qui est maintenant acceptée comme légale.

Malgré l’abrogation des infractions homosexuelles, certains continuent d’avoir des antécédents criminels qui affectent divers aspects de leur vie tels que le travail, le bénévolat ou les voyages.

Il est difficile pour ceux d’entre nous qui ne sont pas dans cette situation d’imaginer ce que c’est d’avoir un casier judiciaire pour quelque chose aujourd’hui considéré comme licite.

« L’île des bigots »

La Tasmanie a une longue histoire d’homophobie qui a duré plus longtemps que la plupart des autres pays occidentaux. Le pays a même été surnommé « Bigots ‘Island » pour ses préjugés flagrants contre les personnes LGBT.

La Tasmanie a eu des lois anti-LGBTQ jusqu’aux années 1990. Les peines pour l’activité homosexuelle étaient sévères, entraînant de longues périodes de prison. La bataille pour la décriminalisation a été rude.

The Independent écrit:

L’île au large de l’Australie continentale a été l’un des derniers endroits dans le monde occidental à décriminaliser l’homosexualité. Les rassemblements de masse dans les années 1990 contre l’abrogation des lois anti-sodomie se faisaient aux cris de « Tuez-les, tuez-les », et certains politiciens réclamaient le fouet pour les hommes homosexuels.

Mais les choses ont changé. La population de Tasmanie est beaucoup plus amicale pour les LGBTQ. La Chambre haute a adopté une motion en faveur du mariage homosexuel en 2016. Et les couples homosexuels peuvent adopter des enfants.

Des progrès dans d’autres pays

D’autres pays ont récemment adopté des mesures similaires pour « blanchir » les personnes persécutées en vertu des lois anti-LGBTQ. L’Allemagne va bientôt discuter d’un projet de loi visant à réhabiliter les victimes d’une ancienne loi anti-homosexualité, le Paragraphe 175. Et la Grande-Bretagne a récemment pardonné des dizaines de milliers d’hommes poursuivis en raison de leur orientation sexuelle*.

Traduction: Christophe Martet

(Image principale via Facebook)
* NdT: En Allemagne comme en Grande-Bretagne, seule l’homosexualité masculine était pénalisée. Ce qui ne signifie pas que les lesbiennes n’ont pas souffert de discriminations.