ENTER YOUR EMAIL ADDRESS
TO JOIN OUR NEWSLETTER

DON'T WORRY. NO SPAM COMES FROM
UNICORN BOOTY. JUST THE GOOD STUFF.

Tchétchénie: Le ministère des Affaires étrangères français réagit (enfin) à la répression homophobe

Posted on

Mieux vaut tard… Le ministère des affaires étrangères vient de publier un communiqué assez laconique sur la situation des personnes LGBTI en Tchétchénie.

Depuis plusieurs jours, les médias ont relayé les informations du journal russe indépendant Novaya Gazeta, concernant une purge dans la communauté gay avec l’arrestation d’au moins 100 personnes et la mort d’au moins d’entre eux.

Plusieurs ONG dont Amnesty International et l’Ilga ont confirmé que les informations du journal russe provenaient de sources fiables et  ces organisations ont appelé à une réaction forte de la communauté internationale.

 

Le site du ministère a publié cette déclaration au nom de la France:

« La France est préoccupée par les nombreux témoignages, relevés ces derniers jours par la presse et les ONG, faisant état de répression et de cas de torture à l’encontre des personnes homosexuelles, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) en Tchétchénie.

« Nous appelons la Fédération de Russie à condamner les réactions des autorités tchétchènes qui, en niant l’existence même de l’homosexualité ou en laissant entendre que les personnes concernées pourraient être tuées par leurs familles, encouragent un climat d’impunité. Toute la lumière doit être faite sur ces violations graves des droits de l’Homme, garantis par plusieurs instruments internationaux auxquels la Russie a librement souscrit.

« La France œuvre sans relâche pour que l’égalité en droits et en dignité soit respectée pour tous les individus, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

La semaine dernière, le Département d’Etat américain et le Foreign Office britannique avaient aussi réclamé que toute la lumière soit faite sur ces événements tragiques.

LIRE AUSSI | Le Royaume Uni réclame une enquête contre la répression homophobe “odieuse” en Tchétchénie

Les autorités tchétchènes ont toujours nié cette répression. Un porte parole du très autoritaire chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a en effet déclaré:  « Vous ne pouvez pas arrêter ou réprimer des gens qui n’existent pas dans la République. L’homosexualité n’existe pas ici. »