ENTER YOUR EMAIL ADDRESS
TO JOIN OUR NEWSLETTER

DON'T WORRY. NO SPAM COMES FROM
UNICORN BOOTY. JUST THE GOOD STUFF.

Le Royaume Uni réclame une enquête contre la répression homophobe « odieuse » en Tchétchénie

Posted on

Après les Etats-Unis, la Grande-Bretagne a réagi officiellement aux informations concernant une « purge » homophobe en Tchétchénie.

La ministre des Affaires étrangères auprès de l’ONU, la baronne Anelay a déclaré: « La détention et les mauvais traitements infligés à plus de 100 hommes homosexuels en Tchétchénie sont extrêmement préoccupants.

Elle ajoute:

« Des rapports ont également suggéré qu’au moins trois de ces hommes ont été tués. La déclaration du gouvernement régional, impliquant qu’un tel traitement envers les personnes LGBT est acceptable, est particulièrement odieuse ».

Cette déclaration intervient quelques jours après les révélations d’un journal indépendant russe, Novaya Gazeta sur la répression des homosexuels en Tchétchénie, une république du Caucase du Nord, partie de la Fédération de Russie.

L’article indiquait que les hommes homosexuels, probablement une centaine, avaient disparu. Les hommes auraient été détenus « dans le cadre de leur orientation sexuelle non traditionnelle ou des soupçons sur celle-ci. » Les autorités locales ont nié ces informations expliquant qu’il n’y avait pas d’homosexuel en Tchétchénie. Un porte-parole du président autoritaire de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a rejeté le rapport en qualifiant l’article de «mensonge absolu et [de]désinformation».

 

Depuis, plusieurs organismes internationaux ont confirmé les informations du journal russe et ont appelé à la mobilisation. Human Rights Watch a écrit: « Les informations publiées par Novaya Gazeta sont conformes aux rapports que Human Rights Watch a récemment reçus de nombreuses sources de confiance, y compris des sources sur le terrain. »

 

LIRE AUSSI | La mobilisation internationale prend de l’ampleur face à la répression homophobe en Tchétchénie

L’Europe a officiellement réagi le 5 avril. epuis plusieurs années déjà, le Conseil de l’Europe s’alarme de la situation des droits humains en Tchétchénie et notamment des arrestations arbitraires et des disparitions, entre autres d’opposants et de journalistes. Aux États-Unis, le Département d’Etat a appelé le gouvernement russe, d’après le journal LGBTI Washington Blade à mener tenir « une enquête indépendante et crédible sur les meurtres et des arrestations massives et à traduire les auteurs responsables devant la justice. »