ENTER YOUR EMAIL ADDRESS
TO JOIN OUR NEWSLETTER

DON'T WORRY. NO SPAM COMES FROM
UNICORN BOOTY. JUST THE GOOD STUFF.

Quand le vote Front National chez les homos intrigue ‘Le Monde’

Posted on

Lorsque Hornet avait consulté ses utilisateurs pour connaître leur candidat préféré pour la présidentielle, Marine Le Pen était arrivée en deuxième position, avec 19% des voix. La candidate du Front National recueillait deux fois moins de voix que le numéro 1, Emmanuel Macron (avec 38%).
Mais le vote FN des homos intrigue. M, le magazine du Monde, lui consacre une enquête dans son numéro du 15 avril. Sous la plume de la journaliste Dominique Perrin, des gays et une lesbiennes s’expliquent sur leur vote pour un parti qui n’est pas le meilleur allié des LGBT, loin s’en faut.

L’enquête sur le FN dans M, le magazine du Monde

Comme nous le rappelions dans notre article sur les programmes des candidat.e.s, celui de Marine Le Pen est un des plus radicaux puisqu’elle abrogerait le mariage pour tous si elle devait accéder à la plus haute fonction. Pas de PMA non plus pour les femmes lesbiennes et célibataires et aucune reconnaissance juridique possible pour les enfants nés par GPA. Mais pour Paul, un étudiant de Sciences Po Strasbourg, le mariage pour tous n’est pas l’alpha et l’oméga. « Le chômage m’inquiète plus que le fait de pouvoir me marier », confie-t-il à la journaliste du Monde. L’emploi, la peur du déclassement et le rejet de l’immigration sont des facteurs qui expliqueraient pourquoi les gays voteraient pour Le Pen fille.
Pour Aurélien Royère, les attentats de 2015 ont été le déclic: « Quand on voit les noms des personnes qui ont commis des attentats, dit-il, ce ne sont jamais des noms français. » La journaliste a beau jeu de lui rappeler que beaucoup étaient des Français.

Une seule femme lesbienne est interviewée par Le Monde et pour elle aussi, la question du chômage est plus importante. Avec un certain sens de la formule, Aurélien explique qu’on est « français avant d’être homosexuel. »

Didier Lestrade, auteur de Pourquoi les gays sont passés à droite (Seuil 2012) et cofondateur d’Act Up-Paris, ce vote FN serait en grande partie la faute du gouvernement, qui aurait « très mal géré » le mariage pour tous.

Dominique Perrin a également interviewé David Masson-Weyl, président de l’association FN de Sciences Po qui milite pour la préférence nationale.

Signalons aussi un article de RFI Brésil (« Le changement de discours de Marine Le Pen séduit les électeurs gay en France »), réalisé par Silvano Mendes et dans lequel votre serviteur est interviewé sur le vote FN chez les homos en France. Preuve que le sujet fascine aussi au delà de l’hexagone.

LIRE AUSSI | Exclusif: Emmanuel Macron grand favori de la présidentielle pour les gays sur Hornet

(Image principale Delpixart via iStock)